Etrange naissance de l'homme

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Dim 19 Juin - 17:06

Suite :
Les animaux n’ont pas de ces sentiments, et l’accouplement s’effectue à n’importe quel moment, et en public aussi. Ceci est valable pour les singes, et l’était aussi pour les ancêtres simiens de l’homme. L’homme ne condamne pas cela chez les animaux, et ne le considère pas non plus comme un acte coupable. Mais il le condamne quand il s’agit de lui.
Comme les rapports sexuels chez l’homme servaient uniquement à l’origine, à la reproduction, et restent nécessaires à la reproduction, un sentiment de pudeur et de péché lié à cet acte semble illogique et sans fondement, d’autant plus que l’homme considère sa reproduction comme un souhait et un commandement de Dieu. Comment et pourquoi ce commandement de Dieu pourrait-il être exaucé par un acte lié à un sentiment de culpabilité inconscient ?
Ce sentiment contradictoire de culpabilité ou de péché n’est cependant pas motivé chez l’homme et il ne résulte pas non plus d’une « morale supérieure ». L’homme cannibale savait très précisément depuis le début qu’en pratiquant le meurtre de ses congénères totalement innocents, il augmentait ses pulsions sexuelles. Le motif originel – la procréation – est devenu secondaire et le plaisir est passé au premier plan.
Sa vie sexuelle, intensifiée par le meurtre qui est devenu depuis la source d’un sentiment de plaisir tout nouveau, fit naître en même temps chez lui un sentiment de culpabilité profondément enraciné, associé même à un sentiment de péché.
Voilà la raison exacte pour laquelle les rapports sexuels sont présentés, depuis les temps les plus reculés et dans toutes les traditions mythologiques, comme un acte coupable ; aujourd’hui encore, cette notion persiste.
Le cannibalisme pratiqué pendant plusieurs millénaires a ancré ce sentiment de faute et de honte, de façon indissoluble, dans l’inconscient humain. Comme tout l’inconscient est héréditaire, un fil rouge se dévide à travers l’histoire de l’humanité et ce fil ne pâlira pas tant qu’il y aura des hommes sur la terre.
Ce malade sexuel qu’est l’homme ne sait pas encore aujourd’hui si les relations sexuelles doivent être pratiquées uniquement pour la reproduction. Doivent-elles s’accomplir aussi, quand il y a inclination naturelle, quand le but originel ne peut être réalisé ? Ou doivent-elles servir uniquement de source de plaisir ? Une grossesse peut-elle être empêchée ou interrompue ?
L’homme fait tout cela. Et quoi qu’il fasse, il est toujours convaincu de le faire parce qu’il est plus intelligent que toutes les autres créatures et parce qu’il croit avoir accompli un progrès.
L’étrange attitude sexuelle de l’homme n’a rien voir avec un développement naturel ou une intelligence supérieure. Si tel était le cas, un éléphant manifesterait bien plus d’intérêt à la vie sexuelle qu’une souris, étant donné son intelligence supérieure.
L’homme torturé ne sait toujours pas comment envisager sa vie sexuelle. Aucune société n’a pu trouver de solution satisfaisante. Les animaux n’ont pas ces problèmes. Chez eux, tout est resté normal et fonctionnel, car tous les animaux ont atteint leur état actuel dans le cadre d’une évolution naturelle.
L’homme continue à manipuler sa vie sexuelle avec tous les moyens imaginables, pour se procurer davantage d’excitations sexuelles et de plaisir.
=> Des scientifiques disent qu'avec l'évolution, le plaisir a remplacé le besoin de se reproduire. Ce qui, à mon avis, est absurde. Les lois de la nature, et de l'évolution, ont permis à la vie d'émerger, et à tous les êtres vivants de se maintenir en vie. Comme ils n'étaient pas destinés à être immortels (du moins dans notre monde), il fallait bien qu'ils se perpétuent, d'une manière ou d'une autre. Et comme la nature n'allait pas à chaque fois tout recommencer, ce qui aurait pris beaucoup de temps, elle a eu recours à la différenciation des individus, en vue de les faire s'accoupler, et donc donner naissance à d'autres êtres, de la même espèce. C'est la raison principale de l'accouplement. En affirmant la primauté du plaisir sur la nécessité de se reproduire, ces scientifiques vont à l'encontre des lois naturelles. Et d'ailleurs, s'ils avaient raison, comment se fait-il que les humains ne puissent pas maîtriser leur fécondité ??? Normalement, il leur suffirait juste de ne pas vouloir d'enfant pour éviter une grossesse. Ce qui n'est pas le cas, obligeant les humains à recourir à des moyens artificiels, pas toujours efficaces, et avec des effets secondaires, pour les contraceptifs chimiques.
Il y a donc là un problème...
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par cassylde le Lun 20 Juin - 22:38

La pudeur. Il est vrai que beaucoup de personnes sont pudiques, mais pas toutes.
Pour moi la pudeur est l'invention de l'homme en même temps qu'il imposait des religions.

Quand on voit l'instinct des animaux qui vont jusqu'à se tuer pour s'accoupler avec une femelle il est bien que l'homme puisse se satisfaire à tous moments pour ne pas arriver à tuer l'un des leurs, leurs besoins étant satisfaits. Cela limite la sauvagerie.
avatar
cassylde

Messages : 697
Date d'inscription : 10/02/2016
Localisation : Le paradis sur terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Arwen le Mar 21 Juin - 9:21

La pudeur une invention de l'homme? C'est à dire? Peux tu approfondir?
avatar
Arwen
Admin
Admin

Messages : 4515
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Mar 21 Juin - 9:23

cassylde a écrit:La pudeur. Il est vrai que beaucoup de personnes sont pudiques, mais pas toutes.
Pour moi la pudeur est l'invention de l'homme en même temps qu'il imposait des religions.

Quand on voit l'instinct des animaux qui vont jusqu'à se tuer pour s'accoupler avec une femelle il est bien que l'homme puisse se satisfaire à tous moments pour ne pas arriver à tuer l'un des leurs, leurs besoins étant satisfaits.  Cela limite la sauvagerie.

Heureusement que l'homme ne se satisfait pas à tout moment selon ses envies Cassylde...c'est justement ce qui lui permet de n'avoir s'il le souhaite qu'une seule compagne et de lui être fidèle, de ne pas se jeter sur celle d'un autre ou de respecter les désirs ou les refus de ladite "femelle". C'est justement ce qui fait la différence avec la sauvagerie dont font preuve certains animaux, et qu'il est capable d'avoir dans son comportement aussi pour peu qu'il obéisse justement à ses besoins et à ses pulsions et les satisfasse.
Quant à la pudeur, c'est pour moi un signe d'intelligence et d’évolution, la différence entre l'instinct primaire qui ne prend en compte que soi même et l'apprentissage de la vie en groupe qui induit qu'on se se réserve une intimité si on le souhaite pour accomplir certaines choses, comme faire l'amour, par exemple, qui est censé être un moment intime librement consenti et réservé à deux personnes, du moins dans la sexualité humaine de base, et pas un vulgaire accouplement. Finalement ce qui différencie l'homme de l'animal...
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Arwen le Mar 21 Juin - 9:33

oui je suis complètement d'accord avec toi (oui je suis souvent d'accord avec Nem c'est comme ca), dans "faire l'amour" il y a le mot amour ce qui fait toute la différence avec un "accouplement".....les animaux copulent, s'accouplent, pour procréer.....l'humain aussi mais pas que.....quand à la pudeur, et je sais de quoi je parle je suis très pudique, ça n'a rien à voir dans mon cas à mon éducation ou mes croyances religieuses...c'est simplement dans mon caractère, c'est dans ma personnalité, c'est un trait de caractère d'ou découle un sentiment.....la colère n'est pas une invention de l'homme, la gentillesse non plus....nous sommes plus évolués que les animaux c'est un fait, et nos sentiments le sont tout autant.
avatar
Arwen
Admin
Admin

Messages : 4515
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Mar 21 Juin - 14:31

Suite :
Les grandes transformations
Le cannibalisme qui prit naissance en Mésopotamie, voici un million d’années, se propagea relativement vite sur le continent eurasien, dans le sens est-ouest, mais infiniment plus lentement vers le sud et vers le nord.
Plus le cannibalisme pénétra de bonne heure dans un groupe de singes, plus tôt ces singes devinrent des hommes et plus loin alla ce processus qui n’est encore terminé pour aucune race. Les groupes de singes isolés, qui ne passèrent que tardivement au cannibalisme et à l’état d’homme, vivent aujourd’hui encore au degré le plus bas de l’évolution humaine et continuent souvent à pratiquer le cannibalisme.
Comme le cannibalisme a été exercé sans interruption par toutes les races humaines, pendant au moins un million d’années ou davantage, environ cent mille générations ont consommé des cerveaux humains.
Si un million d’années représente une période extraordinairement courte pour les énormes modifications physiques et intellectuelles qui s’accomplirent chez l’homme, celles-ci se sont cependant déroulées si lentement qu’aucune génération ne se distinguait de la précédente. Il aurait fallu pour cela avoir une vision rétrospective sur plusieurs milliers de générations.
Les modifications les plus marquantes et les plus décisives se sont produites dans les premières générations. Au bout de quelques millénaires de cannibalisme, on voyait déjà apparaître des indices de troubles carentiels physiques et d’intelligence accrue.
A première vue, cela semble illogique car les premiers cannibales ne pouvaient consommer que les cerveaux de congénères qui n’étaient pas encore cannibales ou qui ne pratiquaient pas encore depuis longtemps le cannibalisme. Sur de tels cerveaux l’accroissement de l’intelligence ne pouvait qu’être faible.
C’est seulement au stade des générations futures qu’on tua de préférence les congénères qui avaient déjà derrière eux plusieurs générations de cannibalisme, parce qu’on s’était aperçu que leurs cerveaux étaient plus efficaces. Cependant, les modifications physiques comme la perte du pelage et la perte des signaux de fécondité sont apparus dès les temps les plus reculés.
Ces modifications étaient dues à une rupture de l’équilibre naturel entre les différentes substances hormonales qui réglaient les fonctions du corps. Du fait de l’apport excessif de ces substances par la consommation continuelle du cerveau, il dut se former dans le corps un nouveau système de distribution. C’est ainsi qu’apparurent les troubles carentiels pathologiques.
Aucune modification physique notable ne s’est plus produite après stabilisation de ce nouveau système de distribution. Les aiguillages étaient mis en place et la route de l’homme irrévocablement tracée.
Les modifications ultérieures touchèrent surtout les secteurs intellectuels et psychologiques et en particulier le cerveau lui-même. Le cerveau consommé servait toujours de drogue sexuelle mais on l’utilisait de plus en plus comme moyen d’acquérir une meilleure mémoire, une intelligence supérieure et un savoir concret.
Les premières modifications portèrent déjà préjudice à l’homme et il dut prendre des mesures pour remédier à ces inconvénients. Son intelligence simultanément accrue lui en donnait les moyens. Mais comme son cerveau commençait déjà à être malade, et souffrait d’obsessions, il n’utilisait jamais les remèdes voulus pour guérir les souffrances qu’il s’était lui-même créées. Ces remèdes n’étaient que des palliatifs qui créaient en même temps d’autres maux que l’homme tentait à nouveau de guérir par des mesures inadéquates. L’homme est encore pris aujourd’hui dans ce cercle infernal.
Aucun être vivant au monde n’eut à subir autant de revers et de déceptions que l’homme. Cette chaîne infinie d’échecs fit naître dans son inconscient un sentiment d’insubordination et une soif de vengeance qui se transmit d’une génération à l’autre.
C’est l’une des raisons pour lesquelles l’homme acquit tant de caractéristiques qui font de lui non seulement l’être le plus malade de la terre, mais aussi le plus dangereux.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par cassylde le Mar 21 Juin - 14:31

J'entendais par pudeur le fait d'avoir honte d'être nu. Pourquoi l'homme aurait-il honte de sa nudité ? Il n'y a aucune raison.
Pourquoi dans les pays musulman on couvre des fillettes ? Parce qu'elles représentent le sexe féminin.  Là encore c'est basé sur le sexe et par l'homme.

Maintenant on peut interpréter la pudeur comme un signe d'intelligence. Smile   Chacun interprète les faits comme il les ressent.

Ensuite je pense que nous sommes comme les bonobos. L'homme et les femmes ont des rapports en dehors des cycles de reproduction et cela maintient comme chez ces primates une harmonie dans la communauté. Bien que je sois d'accord avec ce que j'écris cette affirmation cependant n'est pas de moi.

Si tu es pudique Arwen comme beaucoup d'autres personnes et moi c'est parce que nous sommes imprégnés de cette pudeur dès notre naissance que l'on nous a inculquée.



Dernière édition par cassylde le Mar 21 Juin - 14:41, édité 1 fois
avatar
cassylde

Messages : 697
Date d'inscription : 10/02/2016
Localisation : Le paradis sur terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Mar 21 Juin - 14:39

Suite :
L’une des modifications les plus désastreuses qu’ait provoquées le cannibalisme est la perte, déjà décrite, des signaux de fécondité chez la femelle, phénomène dont l’homme n’a pas encore évalué les vastes conséquences. C’est de nos jours justement que mûrit le fruit amer de cette maladie.  Le problème de la surpopulation ne pourra être résolu. Toutes les mesures qui visent à augmenter la fécondité de la terre la diminueront ainsi que toutes les chances de survie.
La disparition de signaux de fécondité chez la femelle aurait dû supprimer l’excitation chez les mâles.
C’est après cette modification que prit naissance le désir physique et moral, exclusivement humain, que l’on nomme amour, provoqué également par un désordre hormonal. L’homme considère ce genre d’amour comme un signe de sa supériorité vis-à-vis des animaux, comme le résultat de son intelligence supérieure et d’une évolution naturelle, bien que cet « amour » aille du chagrin au suicide et au meurtre sexuel. Le « singe », obsédé sexuel, chante dans sa littérature cette maladie qui scellera son destin inévitable, conséquence de la surpopulation.
Le désordre hormonal a engendré un grand nombre d’anomalies sexuelles les plus diverses, qui sont toutes exclusivement humaines. La tendance au crime ou suicide sexuel par « chagrin d’amour » et autosatisfaction s’exprime par une grande irritabilité sexuelle. L’homosexualité et de nombreux autres phénomènes sexuels dont l’homme a secrètement honte sont tous à inscrire au compte de ces troubles hormonaux. L’homme excuse, par son intelligence, beaucoup de ses habitudes sexuelles antinaturelles et non fonctionnelles.
Il ne fait aucun doute que ces anomalies n’existaient pas à l’état simien ; elles sont apparues pendant l’hominisation et sont héréditaires. Tout cela n’a rien à voir avec l’intelligence supérieure. Au cours de l’histoire de l’humanité, il a fallu instaurer de plus en plus de lois et de normes sociales, destinées à supprimer les conséquences de cette maladie ou à les endiguer.
Le cannibalisme provoqua cependant d’autres dommages sexuels, surtout chez les individus de sexe masculin.
=> Ne m’en veuillez pas, Messieurs, de citer ce passage, vous aurez l’occasion de vous rattraper…

Les cerveaux mangés appartenaient toujours aux mâles. L’homme en fut donc plus fortement influencé que la femme, et les excitations sexuelles se sont davantage modifiées chez lui ; c’est ainsi qu’en général, dans les rapports sexuels, il parvient davantage à l’orgasme que la femme.
Beaucoup de scientifiques protesteront contre cette explication et affirmeront qu’il n’a pu se produire de telles différenciations dans la vie sexuelle, même si les hommes étaient les seuls à consommer des cerveaux ; les fils et les filles sont en effet issus des mêmes pères.
La science a d’ailleurs une bonne théorie pour expliquer comment les premières créatures asexuées, monocellulaires, se sont développées au cours de milliards d’années pour donner des animaux à sexes différents. Si une telle divergence a pu se produire sur des créatures asexuées, alors que la nourriture était forcément la même pour tous, une différenciation sexuelle entre des animaux déjà bisexués est encore plus facile, surtout si un seul des sexes absorbe continuellement des « drogues sexuelles ».
Les humains ont cherché différents moyens pour retarder l’orgasme de l’homme. L’une des mesures prises a été la circoncision. […] Cela devait émousser sa sensibilité.
Cette mesure apporta une faible amélioration mais celle-ci n’était pas encore satisfaisante. Les femmes continuèrent à déplorer la venue prématurée de l’orgasme chez l’homme.
Il existe encore aujourd’hui des peuples d’Afrique chez lesquels les hommes utilisent une méthode beaucoup plus énergique : la circoncision de la femme. […] Il reste à dire que ce système n’est pas non plus une solution et que l’homme a dû se rendre compte à nouveau que son remède n’agissait pas.
Si l’être humain commença sa carrière en singe obsédé sexuel et voulut par la consommation de cerveau faire de sa vie sexuelle une source de bonheur, c’est à l’inverse qu’il a abouti : il transforma sa vie sexuelle en source de mécontentement et de douleur.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Mar 21 Juin - 14:43

cassylde a écrit:Ensuite je pense que nous sommes comme les bonobos. L'homme et les femmes ont des rapports en dehors des cycles de reproduction
C'est une erreur de croire que les bonobos s'accouplent pour d'autres raisons.
Un primatologue soulignait justement qu'ils simulent l'acte sexuel, dans le but d'apaiser les tensions.
Et dans un documentaire, j'ai pu voir que c'était vrai, il n'y avait pas pénétration.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Mar 21 Juin - 14:50

Suite :
Soucis moraux, jalousie, meurtre sexuel, déviations et dérèglements sexuels, orgies sexuelles, rites sexuels douloureux, mutilation des organes sexuels, castration, avortement provoqué, inhibitions et angoisses sexuelles, tous ces phénomènes sont exclusivement réservés à l’homme. La sexualité domine la vie humaine. Les organisations sociales, les systèmes économiques et politiques, les Eglises organisées naissent et tombent pour des raisons sexuelles. Les guerres, la mode, la littérature, le commerce et les rapports entre les hommes subissent l’influence de la vie sexuelle pathologique de l’homme. Celui-ci devine que quelque chose ne va pas dans sa vie sexuelle et il ne sait comment se comporter devant la sexualité. Tantôt il la condamne comme un péché, tantôt il la déclare source de bonheur terrestre. Il manipule ce système physiologique comme il ferait d’un jouet et veut faire par la force ce que le singe, obsédé sexuel, voulait déjà faire il y a un million d’années : créer le paradis sur terre. Pour y arriver, il est prêt à payer n’importe quel prix.
Les différentiations entre les sexes, dues au cannibalisme, ne se limitent pas à la vie sexuelle. Sexualité et intelligence sont inséparablement liées et les modifications de l’une engendrent des modifications de l’autre.
La consommation constante de cerveau chez les mâles provoqua une augmentation des pulsations sexuelles, il fut aussi cause d’un accroissement de l’intelligence qui se transmit davantage aux fils qu’aux filles. C’est la raison pour laquelle il existe une différence d’intelligence entre l’homme et la femme.
Ce phénomène est également unique dans la nature et exclusivement humain. Dans toutes les races animales de la terre, les deux sexes sont pourvus physiquement et intellectuellement de tout ce qui est nécessaire à leur conservation. Quand des animaux sont confrontés à des situations particulièrement pénibles, par exemples des catastrophes naturelles, la faim ou la maladie, les chances de survie sont égales pour les deux sexes ou plus favorables chez la femelle. Plus favorables parce qu’il s’est développé chez le sexe féminin une résistance plus grande afin que l’existence de la race soit protégée dans les périodes critiques. En effet, la quantité d’animaux survivants peut être moindre chez les mâles que chez les femelles, car un mâle peut féconder plusieurs femelles. La proportion inverse serait absurde. Il en était et il en est encore ainsi chez tous les animaux, donc aussi chez l’animal qui devient plus tard l’homme.
[…]
L’homme n’a pas donné à la femme une éducation défectueuse, mais il ne l’a pas laissée manger de cerveau*. Il est aussi impossible d’amener l’intelligence des femmes, par l’éducation, sur le même plan que celle des hommes, que d’amener l’intelligence d’un indigène de Nouvelle-Guinée, par l’éducation, sur le même plan que celle d’un Chinois. Quand une race a commencé le cannibalisme cent mille ans plus tard, ce n’est pas l’éducation qui lui manque pour augmenter son intelligence, mais cent mille ans de cannibalisme. Si l’on voulait commettre l’erreur de fournir aux femmes l’intelligence de l’homme, il faudrait leur faire manger du cerveau, et cela pendant dix mille ans. Mais l’intelligence des filles ne serait pas la seule à augmenter. Celle des garçons s’accroîtrait également, quoique plus faiblement. Comme l’intelligence acquise par le cannibalisme est chargée chez les humains d’obsessions, le chaos serait encore plus grand.
Prétendre que les femmes sont inférieures à cause de leur éducation manquée, c’est leur faire offense. On les définit ainsi comme des créatures inachevées et défectueuses. Les femmes ne sont pas imparfaites et elles n’ont pas besoin d’être réparées. Elles sont absolument parfaites pour elles-mêmes, pour leur mari et pour l’humanité. Les tâches qu’elles accomplissent en leur qualité de femmes, personne ne pourrait mieux les assumer.
Toutes les races humaines sans exception, à quelque stade d’évolution qu’elles soient, possèdent un cerveau et une intelligence supérieurs à ce qui leur est nécessaire pour mener une vie saine et simple.
Tout être humain est anormal et psychiquement malade, et cependant, du point de vue humain, il est sans défaut. Une femme est également un être humain sans défaut tant qu’elle reste dans sa famille en tant que femme, et ne veut pas se transformer en capitaine de bateau, en ingénieur et même en philosophe.
L’intelligence humaine est toujours liée à des obsessions qui se manifestent en général plus fortement chez les hommes que chez les femmes. L’homme s’embrouille souvent dans des problèmes compliquées, il n’a plus de vue d’ensemble et perd sa faculté de jugement : animé par la colère, la soif de vengeance, et désireux de faire valoir des droits imaginaires, il prend alors des partis absurdes. Grâce à son intelligence particulière, la femme peut le retenir d’actions désespérées et l’amener à la modération ; à supposer qu’elle soit une véritable femme et non un être émancipé de force.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Mar 21 Juin - 14:56

Suite :
Ce n’est pas seulement le cannibalisme pratiqué auparavant qui augmenta la fécondité de l’espèce, et ce n’est pas uniquement parce que les signaux de fécondité disparurent, empêchant ainsi le contrôle des naissances, que le nombre des humains se multiplia ; il y avait aussi à cela une autre raison qui existe encore aujourd’hui et qui provoqua une reproduction accélérée et irrésistible, fatale pour l’homme : c’est le « stress », provoqué par l’homme lui-même, c’est-à-dire une tension subconsciente, résultant des soucis et misères que l’homme engendra en lui-même à un degré croissant et engendre encore aujourd’hui. Plus les misères imaginaires et authentiques sont grandes, plus grand est le stress ; celui-ci agit sur l’hypophyse qui augmente à son tour le désir d’accouplement et la fécondité effective.
L’humanité forcée autrefois, du fait de sa faiblesse numérique, à lutter pour survivre, craint aujourd’hui à juste titre, de ne pouvoir survivre du fait de son importance numérique. Ce changement catastrophique dans la fécondité est un phénomène absolument contre nature, qui n’a pas d’exemple dans la nature. Cela devait arriver car une action contre nature ne peut avoir que des conséquences anormales. La moindre loi naturelle est finalement une loi cosmique et l’univers ne tolère, à la longue, aucune contradiction. Ce qui est né en dehors de ses lois finit toujours par être supprimé. Depuis que l’homme est devenu homo sapiens, il ne se souvient plus de ses agissements antérieurs. Mais ceux-ci sont restés fixés dans son subconscient. L’ancien cannibale habite encore en lui et celui-là n’a pas oublié le processus de mutation forcée du singe à l’homme. Comme l’origine de la guerre réside dans le cannibalisme, lié au viol pratiqué sur les femmes des vaincus, le subconscient de l’homme estime encore que la guerre et le viol des femmes sont liés. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui encore les guerres impliquent souvent le viol des femmes des vaincus.
C’est à cela que se rattache l’ancienne coutume nuptiale selon laquelle on enlève la fiancée. Ce n’est pas autre chose qu’une poursuite subconsciente et symbolique des anciennes coutumes cannibales dans lesquelles les hommes-singes emmenaient de force les femelles des singes pacifiques, les violaient et mettaient ainsi au monde des métis cannibales. Chez quelques races humaines des îles de l’océan Pacifique et dans les jungles d’Amérique du Sud, le véritable rapt de la fiancée est aujourd’hui encore, une méthode de mariage naturelle et généralement acceptée.
Les croisades cannibalistes et le viol des femelles des vaincus ont toujours été des actions collectives. Les femelles ont toujours opposé une dure résistance au viol collectif, parce que les femelles hominidées ne sont nullement désireuses de pratiquer des activités sexuelles en dehors de leur période de fécondité et avec des hommes-singes ayant une autre morphologie. Le viol des guenons n’était donc pas chose simple et l’accouplement ne pouvait se faire comme il se pratique chez les singes où le singe mâle féconde la femelle par-derrière. Dans cette position, la guenon peut s’enfuir ou se coucher, rendant ainsi l’accouplement impossible. Il fallait donc jeter bel et bien à terre les femelles de plusieurs singes cannibales et les coucher sur le dos pour les violer. C’est depuis cette époque que l’homme s’accouple dans cette position et non plus par-derrière.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Mar 21 Juin - 15:00

Suite :
Dans cette position couchée, les jambes des femelles violées étaient dressées et les pointes des pieds tendues vers l’avant au moment de l’orgasme, ce qui cambrait les pieds. Pour les hommes qui participaient à des viols collectifs, c’était une vision excitante pour les sens, qui subsiste encore aujourd’hui dans leur subconscient. C’est pourquoi les jambes de femmes avec les pointes de pied tendues vers l’avant et le pied cambré sont encore aujourd’hui facteur subconscient d’excitation sexuelle. Là réside l’origine des hauts talons que les femmes portent depuis des temps immémoriaux, et aussi des déformations des pieds pratiquées en Chine. Les femmes elles-mêmes savent inconsciemment que cette position du pied excite les hommes, mais elles ne peuvent en donner d’explication plausible. S’il en était autrement, elles ne se tortureraient pas toute une vie à marcher sur la pointe des pieds.
Quand une femme s’assied, à quelque société ou race qu’elle appartienne, son subconscient la force à diriger vers le bas la pointe de son pied, en poussant vers l’avant son cou-de-pied, bien que personne ne le lui ait recommandé ou ordonné.
Les danseuses de ballet exécutent leurs pas sur la pointe des pieds en levant souvent leurs pieds de telle façon que l’attention est strictement portée sur le cou-de-pied proéminent, comme s’il s’agissait là d’un art. Ce n’est pas de l’art, mais un sentiment de plaisir pour les messieurs qui regardent la scène, de leurs loges : les souvenirs inconscients hérités du cannibalisme se réveillent.
Les viols collectifs des premiers cannibales se répètent souvent pendant les guerres, mais aussi en temps de paix, où des groupes d’hommes violent une femme sous les yeux des autres. Au début, cela paraît illogique, puisque l’accouplement sexuel implique un sentiment de honte et aussi un sentiment inconscient de péché, et ne s’accomplit pas en public. Si cela se produit quand même, ce sont des souvenirs inconscients qui poussent ces hommes à pratiquer le viol en groupe, comme cela se pratiquait au début du cannibalisme. Rien n’est nouveau. Même le group sex, qui a réapparu chez les membres névrotiques de quelques sociétés atteintes de maladie psychique, n’est pas autre chose que la répétition de ce qui s’est fixé dans l’inconscient et perpétué à travers les générations. Ces individus sont si incapables d’établir des pronostics, qu’on ne peut leur ôter de l’esprit qu’ils ont accompli ainsi un « progrès », parce qu’ils sont éclairés et que, par suite d’une « maturité » plus grande, ils ont acquis une « conscience nouvelle », comme il sied à un individu « moderne ».
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Arwen le Mar 21 Juin - 15:15

cassylde a écrit:

Si tu es pudique Arwen comme beaucoup d'autres personnes et moi c'est parce que nous sommes imprégnés de cette pudeur dès notre naissance que l'on nous a inculquée.



Justement je le dis on ne m'a rien inculqué mes parents ne sont pas pudique!!!!!!
Ma mere se balade a poil sans problème devant moi!!!!!
C'est faux de dire que ca vient UNIQUEMENT de l'éducation ou de la religion....la pudeur est un trait de caractère comme etre tendre ou colérique, on apprend pas cela on le vit on le ressent ca fait parti de nous et de notre identité...il faut arrêter de voir l'humain comme étant conditionné uniquement part divers éléments extérieurs...nous ne sommes pas des robots que l'on programme dès la naissance........C'est ce que tu penses sans doute pour toi mais ce n'est pas parce que tu penses ca de toi que c'est forcément la même chose pour les autres......

Le pire c'est que je l'explique dans mon post d'avant mais tu refuses de lire ce que j'écris parce que tu ne veux pas lire....tu as quelque chose en tête et tu n'acceptes pas les avis divergants du tiens.....c'est quand même dingue ....
avatar
Arwen
Admin
Admin

Messages : 4515
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Mar 21 Juin - 18:08

cassylde a écrit:J'entendais par pudeur le fait d'avoir honte d'être nu. Pourquoi l'homme aurait-il honte de sa nudité ? Il n'y a aucune raison.
Pourquoi dans les pays musulman on couvre des fillettes ? Parce qu'elles représentent le sexe féminin.  Là encore c'est basé sur le sexe et par l'homme.

Maintenant on peut interpréter la pudeur comme un signe d'intelligence. Smile   Chacun interprète les faits comme il les ressent.

Ensuite je pense que nous sommes comme les bonobos. L'homme et les femmes ont des rapports en dehors des cycles de reproduction et cela maintient comme chez ces primates une harmonie dans la communauté. Bien que je sois d'accord avec ce que j'écris cette affirmation cependant n'est pas de moi.

Si tu es pudique Arwen comme beaucoup d'autres personnes et moi c'est parce que nous sommes imprégnés de cette pudeur dès notre naissance que l'on nous a inculquée.


L'homme n'a pas honte d'être nu, il cache naturellement les parties de son corps qui sont plus vulnérables, et ça c'est un instinct inné. Ensuite il y a les diverses composantes du caractère de chacun, qui font que certains individus se montrent plus réservés que d'autres.

Dans les pays Musulmans on couvre les femmes, pas seulement les fillettes, pour obéir à une règle religieuse, mais qu'on ne peut pas apparenter à la pudeur, car elle n'est pas librement consentie, cette règle est la même pour toutes, pudiques ou pas ( certaines rêvent peut être de se promener nues ). Les juives pratiquantes se couvrent également la tête, et il n'y a pas si longtemps, les femmes catholiques ( ma mère ) mettaient un foulard sur la tête pour entrer dans une église. Rien à voir avec la pudeur, ou le fait de se montrer nu. Juste une règle misogyne.

La pudeur c'est une affaire d'individu et de ressenti personnel. Au moyen âge, les familles entières pourtant très pratiquantes et imbues de principes religieux, se baignaient ensemble, hommes et femmes, jeunes et vieux. La pudeur n'a donc rien à voir avec la religion.
C'est un ressenti personnel qui concerne chacun de nous à des degrés divers et ne concerne pas que la nudité, il y a aussi une pudeur des sentiments...
C'est un signe de sensibilité, et je dis d'intelligence car c'est la preuve que l'homme au lieu de se conduire comme un porc, réfléchit. Et il y a des gens chez qui cette réflexion n'aboutit à rien, et qui sont totalement impudiques, et ça va bien au delà de la nudité qui n'a rien de choquant, ça s'exprime par toute leur personne à chaque instant.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Mar 21 Juin - 18:35

Sinon, Minouche, ces deux derniers paragraphes tiennent la route de nouveau, bien qu'un poil capilotractés. Wink Nous savons que les filles progressent plus rapidement que les garçons, et sont potentiellement plus intelligentes, même si cette intelligence a été bridée au cours de siècles, les mâles ayant la domination physique et redoutant ce que l'intelligence des femmes pouvait leur apporter de néfaste. Leur maturité sexuelle se fait plus tôt y compris intellectuellement. Une fille de quinze ans c'est une femme, avec tout ce qu'il faut et sachant s'en servir un garçon de 15 ans c'est encore un gros bébé.
Du coup on leur a longtemps refusé l'éducation, et il est à noter qu'instruites elle faisaient aussi bien sinon mieux que leurs congénères masculins.
Pour ce qui est de la cambrure du pied qui rappelle celle qui peut se produire lors de l'orgasme, et qui devient donc une source d'excitation, soit, mais peut-on vraiment affirmer que des primates femelles, violées et contraintes par la force à accueillir des mâles dont elles ne voulaient pas, aient eu au cours de ces agressions des sensations de plaisir ? Et qui aient pu être remarquées par leurs agresseurs au point qu'il en gardent le souvenir ?
Parce que de temps en temps notre homme oublie un peu qu'il parle de primates, humains en devenir, et pas d'humains déjà évolués et accomplis.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par cassylde le Mar 21 Juin - 20:48

Plus je lis cet auteur, moins je crois à tout cela qui découlerait de cervelles mangées. Cet auteur s'en tient qu'à des faits dont on ne sait pas d'où il les tient. Peut-être de ses propres analyses.
Deux faits cependant sont certains : 1/ Le sexe tient une très grande place pour tous. Il me semble que c'est un certain Monsieur DESSEILLE qui dans une vidéo sur le catharisme, ou alors je l'ai lu, a dit que c'est grâce au sexe que le "diable" aurait mis les âmes qu'il aurait détournées de Dieu dans les corps humains qu'il aurait créés.
2/ Effectivement les cannibales mangeaient bien de la cervelle.
En tout cas, merci Minouche pour ces informations.
avatar
cassylde

Messages : 697
Date d'inscription : 10/02/2016
Localisation : Le paradis sur terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Mer 22 Juin - 15:23

Ce qui nous distingue des animaux, en plus de notre intelligence et notre piètre condition physique, c'est le langage.
Voici ce qu'en dit l'auteur :
Chacun peut imaginer la terreur et le désespoir qui s’empara des hommes quand se manifesta la disparition de la transmission de pensée. D’abord sporadique, cette disparition se révéla de plus en plus fréquente. Les rares sons n’étaient que des appels privés de signification. On ne pouvait plus recevoir les pensées émises. C’était comme si aujourd’hui le téléphone sonnait sans qu’aucune communication ne s’ensuive. A cela s’ajoutait que les facultés de perception suprasensible disparaissaient en même temps de façon progressive.
Si ces disparitions n’avaient pas débuté lentement et de façon isolée, mais étaient survenues en même temps et brusquement chez toutes les races et tous les individus, l’espèce aurait certainement péri. Mais ces processus s’effectuèrent de façon progressive, quoique avec une intensité croissante, et l’homme fut forcé de trouver un succédané à ce mode de compréhension mentale de plus en plus défectueux.
L’homme fut donc obligé d’avoir recours à d’autres moyens, pour remplir les manques. […] Il complétait le système mental de compréhension, qui n’était encore que défectueux, par des mimiques et des gestes.
Tant que ces gestes n’étaient qu’un complément à la transmission de pensée qui se révélait défectueuse, ils suffisaient à la compréhension. Mais avec le temps, les lacunes dans la lecture des pensées se firent de plus en plus importantes, et il devint de plus en plus difficile de se comprendre, même à l’aide des gestes.
L’homme fut donc obligé de trouver une méthode de compréhension entièrement artificielle et insuffisante. Il se mit à utiliser la langue pour articuler des sons. Ainsi le nombre des variantes phonétiques put s’accroître dans des proportions énormes. Ces sons n’étaient plus des signaux mais ils exprimaient tant bien que mal le contenu des pensées.
Il n’a pas été facile de brancher sur le langage le système de compréhension de l’humanité. L’organe digestif qu’est la langue ne s’y est pas prêté si facilement. Il a fallu développer lentement des muscles et nerfs nouveaux, afin que la langue acquière davantage de mobilité et puisse assurer une fonction qui n’était prévue par aucune évolution naturelle. Ce n’est pas tout, il fallut aussi que se forment de nouveaux centres dans le cerveau ainsi que des connections avec la langue, ce qui n’a été possible qu’avec un exercice et un effort pénibles étalés sur plusieurs millénaires.
Commença donc pour l’homme un nouveau système totalement antinaturel et institué par nécessité, qui fonctionna au début de façon très défectueuse et qui, aujourd’hui encore, n’est ni parfait ni achevé.
Il arrive souvent qu’un enfant apprenant sa langue maternelle ne puisse émettre tous les sons ; même s’il comprend tous les mots, cet enfant a encore d’énormes difficultés à utiliser l’organe digestif qu’est la langue pour articuler les sons.
Si le langage était le résultat d’une évolution naturelle, et non une solution de fortune pour assurer la compréhension entre les individus, toutes les races humaines devraient être capables dès leur enfance de formuler tous les sons, et au moins de pouvoir les apprendre par la suite.
Aucun langage n’est héréditaire. Le langage n’est pas un bien collectif de l’humanité, il existe seulement de nombreuses façons d’exprimer tant bien que mal et en général de façon insuffisante, par des associations de sons et de mots, des notions d’ordre mental.
Si l’on déposait sur une île cent enfants nouveau-nés et qu’on les nourrisse en secret et leur rende visite au bout de vingt ans, on constaterait que ceux-ci n’émettraient que des sons et cris inarticulés et glapissants parce qu’ils ne savent pas utiliser leur langue à l’articulation de sons. Dans ce cas, ils seraient moins avancés, sur le plan de la compréhension, que les singes, car ils ne pourraient se comprendre par transmission de pensée.

=> Là on ne peut s'empêcher de penser à L'enfant sauvage, de François Truffaut, inspiré d'une histoire vraie. On a découvert d'autres enfants, élevés par des loups (ou autres animaux) qui ne parlaient pas, et ne pleuraient pas non plus pour exprimer leur douleur. Il semble bien que le langage fasse partie des acquis, et qu'il n'est pas inné.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Mer 22 Juin - 15:58

Exact , un trés beau film tiré d'une histoire vraie.

avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Mer 22 Juin - 19:42

J'ai tout relu aujourd'hui, et globalement, hormis quelques trucs clairement capilotractés et un peu space, la théorie d'Oscar Kiss Maerth ne tient pas si mal la route, ou en tous cas en vaut largement une autre.
J'attends donc la suite, car notre homme commence à drôlement bien évoluer, avec impatience.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Ven 24 Juin - 18:41

Suite :
Ayant reconnu la vérité sur les origines de l’homme, j’ai hésité à la révéler. C’est une vérité bouleversante, dont les conséquences sont imprévisibles dans tous les domaines du comportement humain. La décision me fut facilitée par la Genèse de la Bible. Je m’aperçus que la vérité sur les origines de l’humanité avait déjà été dite, de nombreux millénaires auparavant, dans ces brèves lignes riches de contenu.
Ce que la Genèse décrit sous forme imagée concorde entièrement avec ce que j’ai constaté.
La Genèse est une description claire de la formation de la vie sur la terre, en particulier de l’évolution contre nature qui transforma, par le cannibalisme, un animal poilu en un être humain, lequel, en consommant le fruit du savoir, devint un malade sexuel et un malade mental.
L’intelligence acquise de façon antinaturelle provoqua l’aliénation mentale et les obsessions de l’homme qui lui imposèrent le concept pathologique de travail et de progrès. A l’aide de cette intelligence, il dévastera la terre qui finira par ne porter que des épines et des chardons, jusqu’au moment où il achèvera son existence dans le désert.
L’histoire raconte la Genèse en une langue imagée et tronquée qui n’est plus comprise aujourd’hui. Dans sa forme originale, elle date d’environ 50 000 ans et a été rédigée par les hommes-dieux dans la sphère culturelle de la Mésopotamie, peu de temps avant que ne s’accomplisse l’aliénation mentale. Grâce à leurs facultés de perception suprasensible, ces hommes-dieux ont pu retourner jusqu’à un passé où il n’existait sur terre aucun être humain et aucune vie. Ils purent voir aussi un avenir lointain, où de nouveau il n’y aura plus d’hommes sur terre.
Dans les traditions mythologiques des religions antiques, on parle de ces hommes-dieux et ils sont mentionnés entre autres dans les écrits hindous, égyptiens et mésopotamiens.  Leurs déclarations ne s’appuyant nullement sur des spéculations ou raisonnements, mais sur leurs perceptions suprasensibles, étaient donc pure vérité.
Quand l’aliénation se répandit en Mésopotamie, les langues avaient encore un vocabulaire très pauvre et inaccessible parce que l’homme commençait à peine à parler pour remplacer la transmission de pensée à laquelle il était devenu inapte. Cependant, il y avait déjà une idéographie compliquée mais compréhensible, utilisée aussi par les hommes-dieux.
Il est facile d’imaginer la difficulté qu’il y avait à exprimer, en écriture imagée, la fameuse chute. Mais il est encore plus difficile de la rendre correctement en paroles. Pour les notions abstraites, les auteurs de la Genèse utilisaient des images de tous les jours. Ils présentèrent toute l’histoire comme une pièce de théâtre avec un dialogue vivant, afin de la rendre plus compréhensible. Dieu s’y promenait dans le jardin en appelant l’homme qui se cachait de lui. En réalité, Dieu ne parlait évidemment pas car son partenaire était encore un singe velu qui ne parlait pas mais se faisait comprendre, comme tous les singes, par télépathie.
La Genèse était encore généralement comprise les premiers temps, quand elle était racontée oralement, et plus tard quand elle fut consignée en écriture imagée. L’interprétation se fit de plus en plus incertaine à mesure que se répandit l’aliénation mentale. Il n’y avait plus d’hommes-dieux capables de déceler la vérité et d’interpréter correctement la Genèse.
Dans les siècles suivants, celle-ci fut racontée d’innombrables fois entre le Nil et le Gange et toujours rédigée à nouveau en écriture imagée, où surgissaient forcément de nouvelles figures dont l’interprétation s’écartait de plus en plus du sens initial et que personne ne comprenait plus avec exactitude.
Aujourd’hui encore, les versions les plus anciennes et les plus proches de l’original se trouvent en Mésopotamie, profondément enfouies sous la terre, consignées en écriture imagée sur des tables d’argile brûlée. Ces versions datent encore d’avant le déluge, donc de 40 000 ans environ. Les catastrophes comme le déluge et les fréquentes crues ont recouvert la plus ancienne culture humaine d’une couche de terre de 80 à 120 mètres d’épaisseur. Un jour, on déterrera ces tables d’argile et elles parleront plus nettement que les fragments tronqués des innombrables versions qui nous ont été transmises.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Ven 24 Juin - 18:46

Suite :
Lors de la rédaction des textes que nous avons recueillis, l’aliénation mentale de l’homme était déjà si avancée que personne ne considérait plus comme possible ce que l’on racontait sur lui. Ces symboles étaient interprétés par erreur comme des notions précises et c’est à peine si on reconnaissait leur sens véritable.
Ce que l’homme ne comprenait plus, il l’interprétait à son avantage, et là où il trouvait des lacunes, il complétait toute l’histoire avec ses propres inventions qui le faisaient apparaître sous un jour favorable. Ayant perdu le souvenir de son existence préalable, il se fit le ministre de Dieu sur la terre et s’arrogea une mission divine. Il y était incité par son cerveau malade dans lequel subsistaient encore des souvenirs subconscients de son ancienne condition lorsqu’il était l’image de Dieu.
Il y a 3 000 ans à peine, Moïse et d’autres philosophes juifs choisirent les deux variantes sumériennes de la Genèse, légèrement divergentes, qui étaient les moins tronquées. C’est ainsi que les « livres de Moïse » contiennent deux variantes de la Genèse qui ont été admises, depuis lors, dans l’Ecriture sainte, comme élément stable. Comme ni leur origine ni leur sens n’ont été évidemment pleinement reconnus, on a interprété ces versions de façon confuse et aussi avantageuse que possible pour l’homme. Plus tard, on les rattacha à l’histoire nationale juive sans tenir compte de la longue période qui s’était écoulé entre-temps.
Les chrétiens adoptèrent la Genèse dans leurs textes comme les livres de Moïse. Il y eut donc dans la Bible des chrétiens, deux versions. Quand celles-ci furent traduites de l’hébreu en de nombreuses langues, il se forma à nouveau d’autres différences.
L’interprétation actuelle de la Genèse est très arbitraire et elle confine au mystère, bien qu’elle ne contienne rien de mystérieux. C’est un traité concret. Elle ne devient mystérieuse et incompréhensible que lorsque des théologiens et savants sont décidés à fausser la vérité afin de donner à penser que l’homme est chargé d’une mission divine, ce qui justifierait son comportement absurde et dénaturé.
Au fond, cette théorie plait à l’homme et il se contente de cette interprétation flatteuse.
[...]
La Genèse présentait un autre mystère : Dieu défendit à l’homme de consommer le fruit du savoir, c’est-à-dire une substance matérielle, car il ne fallait pas que l’homme devînt intelligent. Il le menaça même de « mourir » s’il mangeait de ce fruit. On peut se demander avec raison pourquoi l’intelligence et le savoir sont brusquement un péché.
Le savoir et l’intelligence sont pourtant des qualités divines. Pourquoi Dieu ne voulait-il pas que son « image » possède ces qualités ? Tous les êtres vivants atteignent un degré d’intelligence défini qui correspond à leur évolution naturelle. Si l’intelligence est un péché, le manque d’intelligence serait une vertu. Pourquoi Dieu permet-il aux animaux de devenir de plus en plus intelligents au bout de millions d’années d’évolution naturelle ? Même les théologiens reconnurent que l’intelligence ne pouvait être un péché et déclarèrent à juste titre que le péché de l’homme était de vouloir devenir aussi intelligent que Dieu et que cela déplaisait à Dieu. Mais jusqu’à aujourd’hui, ils ne peuvent pas dire comment l’homme voulait atteindre cette intelligence particulière, ce que la consommation d’une substance matérielle avait à faire dans l’histoire et quel rôle jouait ici le serpent, symbole sexuel. Cela est le nœud de la question et c’est en même temps la plus grande énigme de la Genèse : qu’est-ce que l’intelligence a à avoir avec la consommation d’une substance matérielle ? Y a-t-il quelque chose qui ressemble au fruit du savoir ?
Les théologiens n’ont pas trouvé d’explication à ce problème. Ils ne pouvaient savoir qu’il y a bien une substance naturelle et matérielle, un fruit du savoir dont la consommation peut rendre intelligent, et même dénuder. Si l’on avait questionné à ce sujet, non les théologiens, mais le chef de tribu Umkulumkulu ou d’autres chefs cannibales, à Bornéo, ils auraient répondu rapidement et correctement à ce point de la Genèse. Ils auraient même su expliquer pourquoi le serpent, symbole de la sexualité, a poussé l’homme à consommer le fruit du savoir, et le fait encore aujourd’hui là où l’on pratique le cannibalisme.
On a cependant négligé d’interroger les cannibales et comme d’habitude, on a eu la légèreté de confier la solution de ces problèmes aux « spécialistes ».
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Ven 24 Juin - 18:49

Suite :
Depuis des temps immémoriaux, le serpent est le symbole de la sexualité. Aujourd’hui encore, on consomme des serpents en Chine et dans d’autres parties d’Asie pour augmenter sa vitalité sexuelle. Cet aphrodisiaque agit dans les deux heures qui suivent, et se traduit par un échauffement physique suivi d’un renforcement des impulsions sexuelles. Il y a même à cet effet des restaurants spécialisés. Comme la vitalité sexuelle signifie aussi la santé, l’emblème professionnel des médecins et pharmaciens est encore aujourd’hui un serpent.
Le serpent qui personnifie aussi la sexualité, dans la Genèse, n’eut aucune difficulté à promettre à l’homme une intelligence supérieure, si celui-ci goûtait le fruit du savoir, car Dieu avait dit de ce fruit qu’il rendait intelligent.
La Genèse exprime ainsi nettement deux choses qu’aucun théologien ne peut nier : premièrement, le fruit porté par l’arbre du savoir est une substance matérielle qui rend intelligent et, deuxièmement, les motifs qui ont amené l’homme à consommer cette matière sont de nature sexuelle. Et la Genèse dit encore très clairement que la consommation de ce fruit est le péché originel lui-même.
[…]
La Genèse explique donc sans équivoque le péché originel : dans son désir de ressentir des plaisirs sexuels, l’homme consomma une substance qui augmenta ses impulsions sexuelles et le rendit en même temps intelligent.
L’intelligence n’est pas un péché en soi. Ce qui compte, c’est la façon dont on l’acquiert. On ne peut l’acquérir en allant à l’encontre de l’ordre naturel et dans la Genèse, Dieu met l’homme en garde contre ce processus.
Le cerveau cru de l’espèce à laquelle appartient un individu est cette nature si mystérieuse qui contient le savoir et la faculté de penser et dont la consommation accroît l’intelligence.
[…]
Quand il eut consommé le fruit du savoir, l’homme se cacha. Sa mauvaise conscience le tracassait; lui, animal végétarien, il avait tué des congénères entièrement innocents, non pour apaiser sa faim mais uniquement pour augmenter ses impulsions sexuelles.
Tout animal, et en particulier le singe, sait parfaitement à quel moment il enfreint l’ordre universel. On observe chez les animaux domestiques que ceux-ci peuvent avoir aussi une conscience, des remords, et même un sentiment de culpabilité.
[…]
C’est en consommant la matière qui rend intelligent et non par ses mauvaises pensées, que l’être velu qu’était l’homme avait perdu son pelage. La Genèse ne dit pas que Dieu surprit l’homme en train de consommer le fruit défendu et le dénuda pour le punir. Cette perte survint comme une conséquence automatique du fait que l’homme avait consommé le fruit défendu du savoir. Comme on l’a mentionné, la consommation du cerveau perturba les fonctions de l’hypophyse, influençant ainsi le système pileux et la vie sexuelle.
La Genèse dit qu’après avoir péché, l’homme se tissa un tablier avec des feuilles et s’en servit pour cacher ses parties génitales. Ce comportement n’était pas sans raison. L’homme avait accru ses forces sexuelles en mangeant du cerveau et ses organes sexuels ne servaient plus uniquement à la reproduction, mais lui permettaient surtout d’éprouver un excès de plaisir sexuel. Comme cela impliquait le meurtre de ses congénères, il sentit naître en lui non seulement un sentiment de culpabilité, mais aussi un sentiment de pudeur.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Ven 24 Juin - 23:57

Ben ça se tient toujours. Mais dis moi, Minouche, sait-on ce que les scientifiques braqués sur leur évolution bien traditionnelle, ont pensé de ces théories, et comment elles ont été accueillies dans leur petit monde de surdoués ?
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Sam 25 Juin - 16:33

Hélas, je n'en sais rien. Sûr que ça n'a pas dû leur plaire...
Je pense à ce climatologue, Wegener, qui, en regardant une carte du monde, eut soudain l'intuition que tous les continents, à l'origine, n'en faisaient qu'un seul.
Il proposa donc sa théorie.
Le pauvre homme ! C'est tout juste si les géologues, dont c'était la spécialité, ne lui sont pas tombés dessus à bras raccourcis. Il dut essuyer de sévères critiques, des sarcasmes...
Vingt ans plus tard, les faits lui donnèrent raison. Des scientifiques américains (plus jeunes et plus ouverts) durent prendre des mesures concernant les fonds marins (pour une raison militaire, je crois), et là, ils eurent la preuve irréfutable que les continents s'étaient détachés il y a fort longtemps, à partir d'un seul.
Mais Wegener était déjà mort. Nul doute qu'il a dû se marrer, de l'autre côté...
Concernant la théorie traditionnelle de l'évolution, des anthropologues américains n'hésitent pas à la remettre en question, et avancent de nouvelles théories, que nous verrons plus loin.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Sam 25 Juin - 16:38

Galilée doit aussi se marrer depuis l'autre coté. Lol. Very Happy Heureusement de nos jours, on ne risque plus de se faire alpaguer par l'Inquisition.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum