Etrange naissance de l'homme

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Sam 25 Juin - 16:49

Suite :
La formation des races
Si les origines de l’homme ont, jusqu’ici, fait l’objet d’explications totalement arbitraires, il en est de même pour la formation des races. Les chercheurs se fondaient sur le fait qu’une race de singes unique, inconnue jusqu’ici, avait ouvert le chemin de l’hominisation, alors que toutes les autres races de singes en étaient restées à leur ancien mode de vie. En ce qui concerne la race de singes qui est passée à l’état humain ou l’endroit où se produisit ce phénomène, les avis diffèrent.
Un groupe prétend que l’homme descend d’une race de singes africaine parce que si les chercheurs ont trouvé les restes d’hommes primitifs en Afrique, ils n’ont pas trouvé leurs ancêtres.
L’autre groupe attribue ce titre à une race asiatique parce que s’il a trouvé les restes d’hommes primitifs en Asie du Sud-Est et en Chine, il n’a pas trouvé leurs ancêtres.
Les deux groupes de chercheurs sont d’avis cependant que seule une race de singes uniforme et inconnue jusqu’ici est passée entièrement et intégralement à l’état humain.
Certains soutiennent que les singes habitaient une région déterminée où ils sont devenus hommes. Ayant émigré hors de leur pays, alors qu’ils étaient déjà à l’état d’hommes, ils se seraient ensuite répandus sur toute la terre. Du fait des conditions climatiques et géographiques différentes, ils se seraient différenciés par la suite, dans leur aspect, leur stature et même leurs facultés mentales. C’est ainsi que se constituèrent les différentes races contemporaines. Certains de ces chercheurs prétendent même que cette différenciation n’est intervenue que dans les cent mille dernières années et qu’avant cela, tous les hommes avaient le même aspect physique.
D’autres rangent également les ancêtres de l’homme dans une race unique de singes. Celle-ci aurait cependant vécu depuis plusieurs millions d’années, dispersée sur tous les continents de l’Ancien Monde. Les conditions climatiques et géographiques différentes auraient déjà provoqué une différenciation chez les singes, de sorte qu’à cette époque, ceux-ci avaient déjà une morphologie différente.
Ces singes dispersés et déjà divisés en sous-races auraient alors vécu dans toutes les parties du monde et de plus, ils se seraient tous sans exception engagés brusquement dans la voie de l’hominisation. Ces « théories scientifiques » ne disent pas si les différentes sous-races ont appris cet art l’une de l’autre, s’il y a eu une concertation entre Bornéo et l’Afrique ou si cette faculté a sommeillé pendant des millions d’années pour surgir en même temps dans les trois vieux continents.
Ces deux versions sont absurdes et fondées sur du vent, car l’homme ne peut descendre d’une race unique. Il est donc absurde de rechercher une race spéciale de singes, car il n’y en a jamais eu. Ce « maillon manquant » dans l’arbre généalogique de l’humanité, que les savants recherchent si fiévreusement pour étayer la théorie de l’évolution naturelle, n’existe que dans leur imagination.
L’homme provient du croisement entre une race de singes africaine et une race de singes asiatique. Le premier de ces métis avait un père africain et une mère asiatique.
Tous les singes africains hominidés, tels les gorilles et les chimpanzés, ont 13 paires de côtes. Tous les singes asiatiques hominidés, tels les orangs-outans, qui vivent encore de nos  jours, ont 12 paires de côtes.
=> Il est bon de noter que la fable hébraïque, qui voudrait qu’Eve ait été tirée d’une côte d’Adam, est inspirée de la mythologie sumérienne : lorsqu’un dieu voulait une compagne (une déesse), il n’avait qu’à l’extraire de sa côte. La tradition juive a intégré ce mythe, sans le comprendre.

Voici ce qu'il écrit ailleurs :
Les premiers hommes que la Bible nomme Adam et Eve sont les symboles de l’espèce humaine et non des personnes individuelles.
Selon la Genèse, Dieu créa l’homme à partir de la terre, ce qui signifie que celui-ci est d’origine terrestre et que son corps a été pris dans la terre. La Genèse ne dit nullement qu’il n’en est pas ainsi pour les animaux.
Si elle souligne particulièrement ce point chez l’homme, c’est qu’au temps où elle fut écrite, l’humanité victime d’aliénation mentale avait déjà perdu le souvenir de sa provenance et, prise dans ses fantasmes s’était inventé une origine extraterrestre et céleste.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Sam 25 Juin - 16:51

Suite :
L’homme possède 12 paires de côtes, mais certains individus viennent au monde avec 13 paires de côtes et certains ont une vertèbre de plus destinée à porter la treizième paire de côtes. C’est une régression atavique, une réapparition de caractères physiques propres à nos ancêtres. Si aucun des ancêtres n’avait eu 13 paires de côtes, cette régression atavique ne pourrait se manifester chez aucun individu.
En général, les races animales apparentées ne se mélangent pas pour de bonnes raisons. Si elles le font, c’est uniquement quand elles y sont forcées par les circonstances. Ce cas de force majeure se produit par exemple lorsque des races animales apparentées sont gardées en captivité et n’ont pas l’occasion de s’accoupler au sein de leur propre race.
On peut retrouver une situation analogue, même s’il n’y a pas captivité. Les animaux quittent souvent leur horde et vivent seuls pendant un certain temps. Quand ils se sont soustraits à l’odeur et à l’influence culturelle de leur horde, ils peuvent se joindre à une nouvelle horde de la même race. Dans ce cas, ils sont adoptés comme nouveaux venus à caractère neutre. Avec un instinct sûr, la horde évite les croisements trop nombreux et se garde de prendre une ampleur excessive.
Mais si ces animaux dispersés, appartenant à des races apparentées, se rencontrent dans un no man’s land, ils peuvent s’accoupler, à condition que la femelle soit en période de fécondation et que les signaux visibles et odorants excitent le mâle de l’autre race.
Le résultat d’un tel accouplement est rarement positif. La plupart du temps, il n’en résulte aucune postérité. Mais si par hasard il y a des descendants, la nature montre alors son caractère fonctionnel et le produit hybride n’est pas apte à se reproduire.
S’il en était autrement, il y aurait une telle quantité de races et de mélanges de races qu’on ne pourrait les distinguer. De plus, les races rapidement formées ne pourraient survivre car elles posséderaient des instincts et des qualités biologiques souvent opposés. Ne pouvant satisfaire les unes par les autres, elles périraient.
On peut accoupler un âne et une jument et le résultat en sera un âne-cheval ou une jument-âne – en langage populaire, un mulet ou petit-mulet. Mais cet animal hybride ne peut se reproduire ; c’est la règle. Mais il y a les exceptions qui confirment la règle.
Dans les anciennes traditions hindoues, égyptiennes et persanes, on parlait déjà de miracles de ce genre où l’invraisemblable était devenu possible. On y décrivait comment le produit d’une jument et d’un âne pouvait se reproduire. Un hybride mâle pouvait féconder une femelle des deux races d’origine et un hybride femelle pouvait être fécondé par un mâle des deux races d’origine.
Il en ressort que dans de très rares cas d’exception, les hybrides peuvent présenter certaines dispositions héréditaires – gènes – qui rendent possible l’invraisemblable et que les gènes spéciaux transmis par voie héréditaire permettent à tous les descendants de se reproduire aussi bien dans la race paternelle que dans la race maternelle.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Sam 25 Juin - 16:56

Certains viennent même au monde avec 11 paires de côtes, c'est mon cas. Le radiologue qui s'en était aperçu m'avait dit que ça n’était pas une anomalie mais une variante.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Sam 25 Juin - 16:58

Suite :
Voici comment il explique le premier acte cannibale :
C’est exactement cet « impossible » qui se produisit lorsque s’accouplèrent un singe africain et une femelle asiatique. Le produit de cet accouplement était une nouvelle créature, de sexe masculin, qui n’appartenait à aucune race. Il était le seul représentant d’une nouvelle race et il fut rejeté comme un étranger, aussi bien par la race paternelle que par la race maternelle. Il était un étranger sur cette terre, évité et délaissé par toutes les races et condamné à vivre en solitaire. Ce mâle moralement torturé ne savait pas qu’il portait en lui ces gènes si rares qui permettent de féconder avec succès le sexe féminin de la race paternelle comme celui de la race maternelle. Cet hybride sans foyer et sans race chercha un jour une femelle mais n’en trouva point. Les femelles de toutes les races de singes le repoussaient et les mâles de toutes les races de singes le pourchassaient.
Ce solitaire finit cependant par trouver une femelle. Il n’y parvint qu’après une lutte sanglante dont il sortit vainqueur. La victime battue à mort était un singe mâle qui défendait sa horde et ses femelles et voulait chasser l’intrus.
Ayant obtenu sa femelle en commettant un meurtre dans la race d’origine et ne pouvant s’enfuir avec cette femelle, car il était encerclé et menacé de tous côtés par la horde offensée, le vainqueur dut consommer sa victime défunte pour apaiser la faim qui le torturait. Le mâle et la femelle s’aperçurent alors pour la première fois que la cervelle procure une excitation sexuelle et ceci beaucoup plus que les plantes, que les singes consommaient déjà à cet effet. Par la suite, ils constatèrent que cette drogue exerçait sur leurs facultés mentales un effet durable ; ils pensaient mieux.
=> J’avoue que j’ai beaucoup de mal à croire à cette explication. On se demande comment les membres de la horde ont pu laisser se commettre un tel acte, alors qu’ils les encerclaient et les menaçaient de tous côtés (dixit l’auteur). Un tel comportement ne s’observe pas chez les animaux, même chez les carnivores.

Ce fut le premier couple humain, les premiers cannibales.* Et il se révéla bientôt que dans ce cas aussi l’« impossible » était possible, car des enfants naquirent de cette union forcée.
C’est ainsi qu’il y eut une nouvelle race de singes hominidés apte à se mélanger aussi bien avec la race paternelle qu’avec la race maternelle. Malgré cette possibilité, aucune des deux races originelles n’était disposée à se mêler volontairement à des singes qui avaient un autre aspect et étaient, en somme, sur terre, des nouveaux venus et des étrangers. Aucune race de singes n’aime en effet se mélanger volontairement à d’autres races.
Pour ces petits groupes des premiers hommes, cela n’empêcha pas la reproduction. Dans chaque race de singes il y a des unions consanguines, car les pères fécondent leurs filles, ou les enfants se fécondent mutuellement.
Ce qu’il y avait de particulier dans la reproduction de cette petite race nouvelle, ce n’était pas l’union consanguine. Victime d’un désir sexuel accru, la race augmenta ses impulsions sexuelles par la consommation de cerveau, c’est-à-dire par le cannibalisme. Mais comme cette consommation signifie la mort d’un individu, ceux-ci ne purent pratiquer dans les premiers temps le cannibalisme au sein de leur propre race ; sinon, ils se seraient détruits eux-mêmes dans les plus brefs délais.
Il y avait assez de cerveaux à leur disposition, et ceci dans les races originelles. La chasse aux cerveaux était donc menée contre ces races. Naturellement, l’attaque concernait toujours les mâles et la horde attaquée était défendue au premier chef par ses membres mâles. Quand il y avait des victimes, c’étaient donc la plupart du temps des combattants mâles.
Pour les hommes-singes cannibales passant à l’attaque, toute victime était bonne à prendre, qu’elle vienne d’une race d’origine agressée ou des races cannibales agressives. Car le cerveau était toujours du cerveau, et au début les cerveaux des deux races étaient aussi prisés que ce soit pour augmenter les forces sexuelles que pour accroître l’intelligence.
Les femelles de la race originelle attaquée survivaient en général à ces combats et étaient livrées sans défense aux singes cannibales mâles. Ceux-ci s’emparaient d’elles par la force et les fécondaient. Les cannibales mâles étaient si excités sexuellement par la consommation constance de cerveau qu’ils pouvaient s’accoupler avec les femelles des singes vaincus, même quand ces dernières ne présentaient pas les traces visibles et odorantes prouvant qu’elles étaient en période de fécondité.
Cette nouvelle race hybride cannibale – l’homme – se reproduisit donc par union forcée avec les femelles des races originelles vaincues. Les descendants de ces unions étaient également des hybrides, en d’autres mots des hommes. Ce fut le processus de la conversion biologique du singe à l’homme : transmission et propagation des gènes spécifiques de la race hybride des hommes.
Comme la race paternelle originelle différait entièrement par son physique de la race maternelle et comme les hybrides pouvaient se mélanger avec les deux races originelles et entre eux, il devait en résulter au moins deux types d’hommes d’aspect différent. Mais ni la race originelle africaine ni la race asiatique n’étaient des races homogènes ; elles étaient divisées en différentes espèces et sous-espèces. Même les gorilles, chimpanzés et orangs-outans vivant actuellement ont des sous-espèces de morphologies différentes. Il y a des petits et des grands, des noirs, des bruns et des très clairs.
La nouvelle race humaine cannibale pouvait se mélanger par la force avec toutes les espèces des races originelles et procréer des descendants. Et plus les sous-espèces de la race paternelle et de la race maternelle se rapprochaient des hommes cannibales, plus il était facile d’incorporer à la nouvelle race des singes hominidés n’ayant qu’une parenté lointaine. Cette possibilité s’étendit à la plupart des races de singes hominidés.
Il est donc certain que les orangs-outans, les chimpanzés et les gorilles ont été assimilés également au tronc primitif de l’humanité.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Sam 25 Juin - 16:59

Nem a écrit:Certains viennent même au monde avec 11 paires de côtes, c'est mon cas. Le radiologue qui s'en était aperçu m'avait dit que ça n’était pas une anomalie mais une variante.
De même, certaines personnes ont trois reins ou six ou sept doigts à chaque main et le même nombre d'orteils.
C'est très rare, mais cela arrive.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Sam 25 Juin - 17:01

Oui, et ce que nous prenons souvent pour des malformations ne sont en fait que des variantes banales.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Lun 27 Juin - 19:21

Au sujet du passage de nos ancêtres à l'état carnivore.
Suite :
La Genèse montre les premiers hommes avant la chute, donc avant le cannibalisme. Elle les met dans un jardin vert et fertile, ce qui indique qu’à cette époque il n’y avait là ni sécheresse ni désert.
La Genèse mentionne expressément que l’homme en tant qu’espèce ou race a pris naissance à la fin de la création. Toutes les espèces animales, parmi lesquelles les ancêtres de l’homme, existaient déjà. Dans une version de la Genèse, il est souligné aussi qu’au début l’homme vivait en paix avec les autres animaux, c’est-à-dire qu’il n’était pas carnivore, mais végétarien. Cela devient encore plus évident lorsque Dieu dit à l’homme qu’il lui a donné toutes sortes de plantes et des arbres à fruits, pour qu’il s’en nourrisse. Il ne parle pas du tout de manger des animaux.

Quand le pelage commença lentement à dégénérer, la résistance de l’homme décrut et celui-ci fut davantage sujet aux maladies. Ses facultés intellectuelles ne lui permettaient pas encore d’inventer le vêtement, sinon, il aurait pu s’en confectionner à partir de végétaux. Il avait cependant des connaissances utiles données par le cannibalisme. Il savait que le cerveau est bon pour le cerveau, le foie pour le foie et le cœur pour le cœur, et il constatait également que la consommation de viande le réchauffait intérieurement. Il ne comptait pas en calories, mais il les sentait.
Pour ce demi-homme transi qui perdait son pelage, il n’y avait donc pas de solution plus logique que de se guérir et de se réchauffer en consommant les parties du corps de l’animal. Il n’avait pas besoin à cet effet de se tourner obligatoirement vers ses congénères, car si ceux-ci représentaient pour lui une proie hautement appréciée, ils étaient également dangereux. Le chasseur devenait souvent lui-même gibier. Un homme attaqué était défendu par les membres de sa horde ; ce n’était pas le cas quand il chassait le lièvre.
Cet être, ni singe ni homme, qui était essentiellement végétarien, commença donc la chasse aux animaux et devint un carnassier. Dans les tout premiers temps, il consomma des souris, des rats, des lièvres, et ce n’est que plus tard qu’il passa aux plus gros animaux. La paix paradisiaque entre lui et les animaux était ainsi terminée pour toujours. Tous les animaux fuyaient devant lui ; ils savaient maintenant qu’ils n’avaient rien de bon à attendre de cette créature nue. Devenu plus intelligent, du fait du cannibalisme qu’il continuait à pratiquer, l’homme découvrit aussi, beaucoup plus tard, qu’il pouvait sécher la peau des gros animaux, la ramollir et l’utiliser comme vêtement.
Ce nouveau mode de cannibalisme avait donc des motifs sanitaires. Ce n’est pas l’intelligence accrue de l’homme qui l’amena à découvrir le vêtement, mais un état de nécessité dû à sa propre faute, à savoir la nudité.

Le singe végétarien, obligé par sa nudité progressive à devenir carnivore, ne se réjouit pas longtemps de son nouveau remède. Il s’aperçut en effet que la consommation de viande, surtout de viande saignante, le rendait plus agressif. Au premier abord, il n’en fut point troublé ; mais comme ses congénères, qui étaient ses concurrents à tous égards, devenaient aussi plus agressifs, il dut se jeter plus avidement sur cette drogue d’agressivité qu’est la viande et intensifier sa chasse aux animaux.
Nos ancêtres découvrirent bientôt que plus les animaux qu’ils consommaient étaient agressifs, plus eux-mêmes devenaient « braves ». C’est à cette époque qu’apparurent brusquement, dans les cavernes, et autres habitats de l’homme, à côté des restes osseux de tortues, lièvres et rats, des os de chats sauvages, loups, renards et autres carnassiers ; ces squelettes de carnassiers étaient en bien plus grande quantité que ne le voudrait le pourcentage d’animaux herbivores et carnivores, dans la nature, qui est de un carnassier pour au moins cinq cents animaux herbivores. On aurait donc dû trouver dans les habitats de l’homme primitif infiniment plus de squelettes d’animaux herbivores que de carnassiers. Mais prés de la moitié et souvent davantage provenaient des carnassiers.
Ce fait n’échappa nullement aux scientifiques. Mais comme ils ne pouvaient prétendre qu’un tigre est plus facile à pourchasser qu’un lièvre, ils gardèrent le silence parce que ce phénomène infirmait en effet, lui aussi, la thèse de l’évolution naturelle.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Lun 27 Juin - 19:25

Suite :
L’homme est resté depuis lors un carnivore. Il savait depuis longtemps se vêtir et n’avait plus besoin de la viande à titre de nourriture calorifique. Ce qui importait pour lui, c’était l’agressivité, la bravoure dont il attendait déjà des succès dans la vie. Ce succès devait toujours être au détriment des autres. Il négligeait de voir qu’il était victime, lui aussi, de cette dissension qu’il créait lui-même. Jusqu’à aujourd’hui, rien n’a changé sur ce point.
Les effets nocifs de la consommation de viande ne font pas l’objet d’une découverte nouvelle. Ils remontent à une expérience ancestrale, qui a été oubliée.
La consommation de viande, si elle augmente l’agressivité, accroît aussi l’inquiétude psychique et les obsessions. L’homme devient intolérant, sec, égoïste, querelleur et cruel. En même temps, ses possibilités de réflexion supérieure et philosophique sont fortement diminuées ou même réduites à néant. Des raisonnements erronés, un manque de perspicacité intellectuelle ont alors entraîné des sociétés entières vers les objectifs non valables. L’homme ne peut plus, à ce moment, distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas. Au cours de plusieurs générations il s’accumule en lui une agressivité inconsciente qui dépasse les limites du supportable et se traduit, par psychose collective, en actes de violence et en guerres. Les dommages physiques causés par la consommation de viande n’ont qu’une importance secondaire et ils sont loin d’être aussi dévastateurs que les dommages causés au cerveau et à la pensée.
En d’autres termes, une créature végétarienne comme l’homme ne peut impunément passer à un régime carnivore. Il devient carnassier et se comporte en conséquence. Dans ce cas, l’intelligence accrue n’exerce pas sur l’agressivité un rôle modérateur ; bien au contraire. Au lieu d’être menées avec les dents, les griffes et les bâtons, les guerres se font avec des armes de plus en plus compliquées, élaborées par une intelligence supérieure qui raisonne faux.
Cette vérité philosophique élémentaire sur les désavantages de la consommation de viande a été reconnue par les grands penseurs et prophètes, il y a environ 40 000 ans.
Quand le cannibalisme dut être arrêté à cette époque en Mésopotamie, et plus tard, dans d’autres parties d’Eurasie, à cause de la fréquence de plus en plus grande de troubles cervicaux, les guerres auraient dû cesser puisqu’elles n’avaient eu jusque-là que des motifs cannibalistes.
Alors que du temps de Jésus-Christ, il n’y avait à peu près que 200 millions d’individus sur toute la terre, il n’y en avait tout au plus que 40 millions, il y a 40 000 ans. L’espace vital était suffisant et il n’y avait aucune raison  de faire des guerres pour des motifs matérialistes. Pourtant, la fin des guerres cannibalistes n’apporta pas à l’humanité la paix souhaitée ; le singe végétarien passé au régime carnivore avait tellement accru son agressivité inconsciente qu’il était obligé de continuer à partir en guerre.
Les hommes consommaient la chair crue, non qu’il n’y eût pas de feu pour la rôtir, mais parce qu’ils savaient parfaitement que la chair crue est une meilleure drogue de courage que la chair rôtie. Ils buvaient même le sang frais, car ils savaient qu’on en devient encore plus agressif, c’est-à-dire « plus brave ». Il régnait entre les tribus des guerres absurdes et l’humanité souffrait davantage qu’au temps du cannibalisme.
Penseurs et philosophes étaient alors en même temps les directeurs religieux de l’humanité. Ils donnaient les préceptes à suivre pour entretenir la santé physique et morale, et réclamaient la cessation du cannibalisme. Mais quand ils virent que la paix convoitée n’en arrivait pas pour autant, parce que l’homme qui mangeait de la chair et buvait du sang augmentait son agressivité et son esprit guerroyeur, ils voulurent dissuader l’homme de consommer cette drogue de courage.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Lun 27 Juin - 19:27

Suite :
Mais comment inculquer cette idée à l’être humain qui aime à se voir en héros vaillant et courageux ? Tout père se sent rempli de fierté quand son enfant se montre « à la hauteur », en cas de lutte. Maintes femmes sont aujourd’hui encore fières de leur mari si, dans une rixe de bistrot, celui-ci frappe vigoureusement et l’emporte sur ses adversaires.
La tâche des sages de l’époque n’était ni plus mince ni moins dangereuse que celle qui consisterait à expliquer aujourd’hui à l’humanité qu’une médaille de bravoure est en réalité une médaille de maladie. Personne n’a encore jamais été puni pour incitation à la guerre, alors que des millions de personnes ont été poursuivies et exécutées dans leur propre pays pour « incitation à la paix ».
[…]
Les seuls qui sachent encore que la consommation de viande rend agressif semblent être les éleveurs de chiens et les bouchers qui constatent nettement que les chiens nourris avec de la viande se mettent à mordre et deviennent méchants. Les « savants » n’en tirent aucune conséquence ; ils pensent que les forces et lois de la nature n’agissent pas sur l’homme, parce que celui-ci sait déjà prendre des photos et naviguer dans le ciel.
Physiologiquement l’homme est encore un animal végétarien. Son corps n’est pas axé sur la consommation de viande. Il n’a pas un gros intestin court lui permettant d’éliminer rapidement les restes de viande indigestes et vénéneux. Il n’a jamais eu de griffes et de dents, comme en ont les carnassiers. Il n’a jamais eu non plus de grands pores pour éliminer la sueur toxique. Depuis l’état simien, ses besoins nutritifs et sa digestion ne se sont pas le moins du monde modifiés. Bien des végétariens vivent plus de cent ans, alors que les chances de vie des « champions sportifs » carnivores sont infiniment plus réduites.
[…]
De même que le cannibalisme a fait naître dans l’inconscient de l’homme un sentiment de culpabilité qui s’est aussi reporté sur sa vie sexuelle, le petit cannibalisme, qu’il pratique en mangeant de la viande, a développé également chez lui un sentiment de culpabilité inconscient. Même dans ce cas, il sait qu’il tue des êtres innocents, ce qu’il n’est pas absolument obligé de faire pour se nourrir. Il fuit donc le malaise que lui cause ce genre de cannibalisme et préfère voir la viande en morceaux plats ou ronds sous forme de saucisses, afin d’oublier le plus vite possible l’origine de cette nourriture. Il n’aime guère penser qu’un veau qu’il aurait sûrement aimé et caressé a dû quitter la vie, le cou tranché, le regard fixe.
En réalité, l’homme ferait bien, après chaque messe où le prêtre l’a assuré de sa mission divine, d’aller faire un pèlerinage, avec le prêtre, dans l’abattoir le plus proche pour voir quel massacre « l’image de Dieu » exerce sur les créatures de Dieu, qui selon toutes les traditions religieuses, même celle de la Bible, possèdent également une âme, et dont l’existence n’est pas moins justifiée que celle des hommes.
Les traditions mythiques de nombreux peuples parlent d’une ère où la paix régnait entre l’homme et l’animal. La nostalgie inconsciente de cette paix est profondément enracinée chez l’homme et continue à vivre en lui. C’est pourquoi il fonde des associations de protection des animaux et élève des animaux domestiques inutiles, tels les chiens d’appartement, les chats et oiseaux qu’il aime, admire en secret et envie inconsciemment.
Depuis le moment de sa conception dans le sein de la mère jusqu’à sa mort, l’homme traverse toutes les phases du stade de l’animal à celui de l’homme. Il commence sa vie sous forme d’être monocellulaire, devient un animal velu et vient au monde en individu dénudé. Pendant sa première enfance, il vit encore en paix avec les animaux. De là vient l’amour des enfants pour les animaux et l’amour des animaux pour les enfants, et c’est aussi le point de départ des histoires d’animaux et des contes qui remplissent les enfants d’un désir de paix instinctif.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Lun 27 Juin - 19:29

Ca se tient de mieux en mieux, en tous cas, je suis conquise par cette théorie.
Merci Minouche de nous offrir la possibilité de cette réflexion, et de faire vivre ce sujet. C'est un sacré boulot que tu fais là...
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 13:32

Il est à noter que l’hindouisme parle d’un temps où tous les hommes étaient végétariens, et que les ennuis ont commencé lorsqu’ils se mirent à manger de la viande. En France, on peut lire des contes, se référant à une époque très lointaine, ainsi décrite : « Au temps où les hommes et les bêtes se parlaient ».
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Jeu 30 Juin - 13:42

Le mythe de l'ogre viendrait de là ?
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 15:52

Je l'ignore.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 15:58

Voici comment l’auteur explique la différence de physionomie entre les peuples :
On peut donc dire que l’homme, après avoir perdu son pelage du fait du cannibalisme, a vu son nez et sa lèvre supérieure se transformer en un système provisoire de climatisation qui rafraîchit ou réchauffe selon la zone climatique, afin que l’espèce ne s’éteigne pas.
Il est considéré comme une loi que les races tropicales aient un nez plat et une lèvre supérieure épaisse et couverte de nombreux pores, tandis que les races des climats modérés ou froids ont un nez mince et long avec une lèvre supérieure mince.
Les nez et lèvres montrent donc sous quel climat la race est passée du singe à l’homme, ou a vécu le plus longtemps. Les races voyagent en effet et, en cas de nécessité, elles s’installent aussi dans des zones climatiques qui leur sont hostiles. Dans ce cas, le nez comme la lèvre supérieure se modifieront en conséquence en plusieurs dizaines de milliers d’années. Les esquimaux, par exemple, proviennent de régions plus chaudes et sont allés vers le nord, parce qu’ils y étaient forcés. Leur nez, qui était plus large, à l’origine, s’est un peu rétréci, mais il s’est fortement courbé, ce que l’on voit facilement de profil. On observe le même phénomène de transformation chez les Chinois du Nord et les Japonais qui ont presque tous encore un nez un peu large, mais déjà arqué.
=> Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette explication, par ailleurs partagée par d’autres anthropologues. Je pense que les peuples qui ont un nez droit (non épaté) descendent des singes qui ont commencé à s’humaniser les premiers. Ils ont donc eu tout le temps de s’éloigner de leur état originel. Les Dravidiens qui vivent dans le sud de l’Inde font partie des peuples indo-européens, et pourtant ils habitent des zones tropicales. Ils n’ont pas le nez épaté, ni des lèvres charnues. Et les Papous que l’on voit dans le documentaire posté par Nem ont des lèvres fines. Il en est de même des Amérindiens d’Amazonie, qui pourtant vivent sous un climat humide, leurs lèvres n’ont rien de comparables à celles des Africains, certains les ont fines, d’autres un peu plus épaisses; comme les Indo-Européens. Et parmi les ethnies africaines, les Somaliens se distinguent, en ce que leur nez est moins épaté, et leurs lèvres moins charnues. Leurs ancêtres simiens sont sûrement les premiers du continent africain à s’être humanisés.

Ce sont les races aux cheveux crépus qui ont le moins de problèmes de cheveux. Ces races ont pris forme humaine dans la jungle. Par un phénomène de sélection naturelle, seuls survivaient ceux qui avaient les cheveux courts, épais et crépus, car ils n’étaient pas gênés dans leurs mouvements. Mais nombre de ces races se sont mélangées aux races à cheveux lisses.
=> Les anthropologues disent que c’est à cause d’un climat humide, mais les Amérindiens d’Amazonie, qui vivent dans la jungle, ont les cheveux lisses, et l’on sait que la région est très humide… Cette explication ne tient pas. Selon moi, il est possible qu’au début de l’hominisation, certains peuples n’aient pas entretenu leurs cheveux, qui sont devenus des « dreadlocks », comme on peut le voir chez certaines personnes à cheveux lisses qui, par manque d’entretien, ont pris cet aspect. Au fil des générations, ces « dreadlocks » ont fini par se transmettre, et cela expliquerait qu’ils aient fini par avoir des cheveux crépus. D’ailleurs les peuples australiens, et d’Asie Pacifique (dont les ancêtres ont sans doute été tout aussi négligents), ont les cheveux moins frisés, probablement parce qu’ils ont été les derniers à s’humaniser.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Jeu 30 Juin - 16:31

Est ce que ça n'aurait pas un rapport avec la protection du crâne sous des latitudes plus ou moins ensoleillées ? Les cheveux épais et crépus protégeant davantage le crâne ?
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 18:08

Je ne sais pas.
En tout cas, dans le sud de l'Inde, ça tape... Comme au Sri Lanka.
Cela n'empêche pas la physionomie et les cheveux des Dravidiens d'être radicalement différents des peuples (négroïdes) qui habitent les îles Andaman, qui pourtant ne sont pas loin. Il suffit juste de traverser l'océan Indien...
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 18:12

Suite :
Depuis que l’homme ne peut plus capter les pensées de ses congénères, un nouveau mal est apparu : la possibilité de mentir.
Toute l’humanité use de cette possibilité parce qu’elle croit en tirer des avantages ; c’est l’unique foi universelle qu’elle pratique sans faille et de façon continue, presque comme une religion universelle, et qui n’engendre que du malheur.
Si l’homme n’avait pas perdu la faculté de lire les pensées, il saurait découvrir aujourd’hui les méchantes pensées de ses congénères et punir les coupables comme le font les animaux. Mais les souvenirs subconscients de l’homme sont énormes. Il se souvient très bien que ses pensées pouvaient autrefois être perçues par ses congénères et qu’il était surpris et puni pour toute mauvaise pensée. C’est pourquoi il se crispe intérieurement à tout mensonge sans pouvoir rien faire pour l’empêcher ; sa peau secrète davantage de liquide. D’autres réactions se produisent aussi en lui et tout cela peut être mesuré avec ce qu’on appelle un détecteur de mensonges.
[…]
Les facultés de perception suprasensible étaient autrefois très appréciées, surtout en ce qui concerne la prédiction des événements futurs. Mais comme cette aptitude s’est de plus en plus raréfiée, depuis 50 000 ans environ, du fait de l’évolution humaine, et que l’humanité axe de plus en plus son attention et son intérêt sur la matière, on a cessé d’entretenir cette faculté.
A notre époque, l’homme s’est entièrement livré à la matière et il ne reconnaît rien qu’il ne puisse mesurer.
Les vérités cosmiques sur les substances immatérielles et leurs effets sont rejetées par les sociétés sans philosophie et spirituellement arriérées, comme des superstitions.
Les Eglises chrétiennes elles aussi ont interdit les prophéties et les ont condamnées comme étant péché et œuvre du diable, bien que ces Eglises soient issues du judaïsme qui consistait à l’origine en prophéties et en « messages de Dieu ».
[…]
Si le destin de l’humanité est tragique à cause du cannibalisme et de ses lourdes conséquences, celle-ci a cependant vécu une courte époque pendant laquelle elle a cru triompher.
Il y a environ 50 000 ans, peu avant l’aliénation mentale, l’homme possédait un cerveau et une intelligence aussi grands qu’aujourd’hui, alliés à des facultés de perception suprasensible extrêmement grandes par rapport au niveau de l’intelligence.
Il vivait dépourvu de sentiments d’angoisse, sans maux imaginaires et donc sans la malédiction du travail. Il était en mesure d’accomplir des actes physiques et non physiques, inimaginables aujourd’hui, parce qu’il en savait sur l’univers et les effets réciproques de ses substances, plus qu’il n’en saura jamais.
Ce n’est pas tout. Dans l’univers, il y a de nombreuses planètes, peuplées de créatures intelligentes, dont certaines ont une intelligence très grande. Il y a des êtres vivants dont la marge de vie est brève ou extrêmement longue, parce que les notions de temps varient dans les différentes sphères de l’univers. Ce qui apparaît sur la terre comme étant mille ans peut n’être ailleurs dans l’univers, qu’une seconde, ou vice versa. L’homme pouvait s’entendre par la pensée avec un grand nombre de créatures importantes et moins importantes, très intelligentes ou moins intelligentes. Egalement avec des créatures qui possédaient une intelligence extrême et, selon les concepts humains, vivaient extrêmement longtemps ou « éternellement ». C’étaient ses dieux. Il s’en choisit plusieurs à qui il demandait, par la voie de la pensée, savoir, conseil et aide.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 18:17

Suite :
Mais le choix est limité car tout être vivant ne peut essentiellement recevoir que les pensées de ses congénères qui sont au même niveau d’intelligence et émettent par conséquent leurs pensées sur les mêmes longueurs d’onde et les mêmes fréquences.
Il y a cependant d’innombrables exceptions. Si les ondes mentales de différents êtres vivants agissent harmonieusement les unes sur les autres, la réception mutuelle est possible. C’est comparable avec le phénomène de la résonance en musique. Le son d’un instrument peut provoquer sur un autre instrument des vibrations déterminées.
L’homme pouvait donc s’entendre par transmission de pensée avec des créatures extraterrestres dont le degré d’intelligence était égal ou bien supérieur au sien.
Mais ce n’était que l’une des raisons qui limitaient le choix. Les diverses races humaines se trouvaient et se trouvent encore aujourd’hui à des degrés d’intelligence très divers parce que leurs ancêtres simiens ont commencé le cannibalisme plus ou moins tôt. Les races ayant pratiqué le cannibalisme de bonne heure ont atteint un plus haut degré d’intelligence que les races ayant commencé plus tard, et cette différence était beaucoup plus marquée il y a 50 000 ans, parce qu’à cette époque les races se mélangeaient encore moins. C’est pourquoi les races ayant pratiqué le cannibalisme de bonne heure ont pu entrer en relation avec des « dieux » beaucoup plus importants et plus intelligents que les races ayant commencé tard, et cela seul était déjà un signe de statut supérieur parmi les races humaines. Chaque race était donc fière de ses dieux parce qu’il y avait toujours des races dont le degré inférieur d’intelligence ne permettait pas un contact avec des « dieux supérieurs ».
=> Je crois plutôt que tous ces « dieux » étaient en réalité les mêmes entités, qui s’adaptaient aux différents peuples. Cela explique que de nombreux rites soient les mêmes quelles que soient les religions, par exemple celui consistant à sacrifier un bouc pour lui faire endosser les fautes de la tribu. Et tous ces sacrifices d’animaux, qui devaient être égorgés…

Dans cette période, l’objectif principal du cannibalisme n’était donc plus une fécondité supérieure mais une intelligence supérieure permettant d’entrer en contact avec des « dieux » plus importants et plus intelligents.
=> On pense immédiatement aux chamans qui prennent des herbes hallucinogènes pour communiquer avec les « esprits ».

Les peuples ont donc changé de dieux en même temps que leur intelligence croissait, et cela signifiait chaque fois une élévation de statut. Le dieu des Juifs, Jéhovah, était également l’un de ces dieux nouvellement choisis.
A l’aide des « dieux », l’homme a pu apprendre aussi des vérités sur l’univers que sa propre intelligence ne lui permettait pas de connaître.
Comme le cannibalisme et avec lui l’hominisation commencèrent dans la région de Mésopotamie, c’est là-bas, et plus tard en Inde et en Chine que le degré d’intelligence était le plus élevé et on avait naturellement aussi beaucoup de « dieux » de grande valeur, plus grands que chez les Papous. C’est pourquoi les connaissances acquises par les hommes eux-mêmes aussi bien que celles tenues des dieux atteignaient là leur degré maximum. Mais comme c’est là qu’on prêtait le moins d’attention à la matière, on ne trouvait pas grand intérêt à s’en occuper spécialement parce que le jeu avec les autres substances était beaucoup plus intéressant et plus important. Cependant, on accomplissait aussi sur le plan matériel des performances inconcevables aujourd’hui. Les hommes supprimaient la gravitation à l’aide de la gravitation elle-même. Ils soulevaient ainsi en l’air de gros objets et les déplaçaient, comme quelques yogis le font encore aujourd’hui, à un degré moindre. La fission de l’atome s’effectuait uniquement grâce à des forces spirituelles et l’on provoquait des phénomènes à peine possibles aujourd’hui par des voies physiques.
Ces performances étonnantes étaient dues en grande partie au concours des « dieux » avec lesquels on se trouvait en relation mentale.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Arwen le Jeu 30 Juin - 18:17

Merci Minouche pour tout cela Wink
avatar
Arwen
Admin
Admin

Messages : 4515
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 18:20

Suite :
La croyance en plusieurs dieux qui subsiste jusqu’à nos jours dans presque toutes les régions a donc de bonnes raisons d’être.
Même la religion juive ne dit nulle part qu’il n’y ait qu’un seul dieu ; bien au contraire, Moïse et d’autres prophètes avant lui ont exhorté le peuple à ne pas se tourner vers les dieux d’autres peuples mais seulement vers le dieu d’Israël, car celui-ci avait prouvé qu’en cas de misère, il venait toujours en aide, et cela par les messages qu’il transmettait par les prophètes, alors que les dieux d’autres peuples étaient loin de pouvoir faire ce qu’accomplissait le dieu d’Israël.
Seules les deux religions les plus récentes, la religion chrétienne et la religion mahométane, ont contesté l’existence de plusieurs dieux et insistent sur le fait qu’il n’y a qu’un seul dieu. C’est compréhensible. Les souvenirs subconscients de l’humanité, aussi bien que son aptitude à penser en termes philosophiques, disparaissent en effet pour des raisons biologiques. Mais même dans ces religions, le monde extraterrestre est toujours peuplé d’esprits et de nombreux anges classés en différentes catégories. Il ne s’agit pas là uniquement des âmes des défunts, mais de créatures spirituelles indépendantes que l’on représente parfois comme des messagers de Dieu, parfois comme les exécuteurs de ses ordres.
[…]
Le progrès de l’humanité montre de plus en plus son vrai visage : une violente destruction de l’ordre sur lequel est bâti l’univers. Si ce progrès humain, fondé sur la destruction de l’ordre, était justifié, cela signifierait que l’ordre s’est lui-même condamné à l’anéantissement et a choisi l’homme pour exécuter cette sentence.
[…]
L’homme considère volontiers l’animal en inférieur et estime que celui-ci n’a pas d’âme, ne pense pas et qu’il est dirigé uniquement par quelques mystérieux instincts. Ce sont des idées absurdes. Même les animaux possèdent davantage d’intelligence qu’ils n’en ont besoin pour manger, dormir et s’accoupler mais ils n’utilisent pas leur excédent d’intelligence sous quelque impulsion maladive pour arriver à un prétendu progrès qui leur empoisonnerait la vie, mais pour penser et reconnaître les vérités du monde matériel et immatériel jusqu’à la limite de leur degré d’intelligence. C’est le véritable but de l’intelligence, celui qui procure le plus de satisfaction, et l’homme devrait utiliser à cela son excédent d’intelligence. Il est quasiment ridicule que l’homme s’imagine posséder maintenant plus de maturité morale et de sens des responsabilités, et donc être meilleur qu’autrefois. Il émet justement cette affirmation à une époque où les criminels et les savants préparent main dans la main l’extermination de l’humanité.
[…]
Tout homme, à quelque race qu’il appartienne, possède plus d’intelligence qu’il n’en a besoin et cette intelligence est atteinte de maladie incurable. En augmentant l’intelligence, on ne ferait qu’accroître l’aliénation. Ce dont l’homme a besoin, ce n’est pas d’intelligence accrue sur une « base scientifique » : les cannibales y sont déjà parvenus de façon inégalable, et c’est justement de là qu’est venue la catastrophe. L’homme a besoin d’adoucissement à son état d’égarement : le seul moyen d’y parvenir serait un retour à la nature, si toutefois le corps et l’esprit malades de l’homme le permettent encore. Il pourrait de nouveau apprendre à penser et reconnaître que la nature et ses congénères ne sont pas ses ennemis et qu’il n’y a rien à améliorer dans l’univers, sinon lui-même.
Le fait que l’homme soit issu du cannibalisme peut le laisser indifférent, et ce sera la première réaction de beaucoup de gens. En fait, la catastrophe n’est pas que l’homme soit devenu plus intelligent du fait du cannibalisme, mais qu’il soit en même temps devenu un malade mental. Il agit donc en pleine absence et travaille fiévreusement à ce qu’il nomme progrès, et qui finira par accélérer sa perte.
=> Malheureusement, l’étude des phénomènes paranormaux nous apprend que des créatures dotées d’une intelligence supérieure (et de grandes capacités métapsychiques), sans passer par le cannibalisme mais parce qu’ayant achevé leur évolution, peuvent être tout aussi dangereuses, si ce n’est plus. Pour la bonne et simple raison qu’elles ont conservé leur libre arbitre (en accord avec les lois de l’évolution, puisqu’elles ont une âme).
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Jeu 30 Juin - 18:26

Arwen a écrit:Merci Minouche pour tout cela Wink
C'est un plaisir pour moi de vous faire partager.
Si le forum permet de s'enrichir mutuellement, il ne faut pas hésiter à avancer des théories qui sortent des sentiers battus.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Jeu 30 Juin - 18:31

Et pour ça ce sujet est super et nous t'en remercions. J'ai énormément appris et réfléchi. J'adore te lire. Merci.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Sam 2 Juil - 15:49

Suite :
Pour l’homme, le monde consistait en une terre, plate, bien amarrée, assise sur ses bases. Le soleil et toutes les étoiles évoluaient autour de la terre. Lui, l’homme, vivait au centre de cette terre plate et il était le couronnement de la création car son monde se limitait à la terre. Dieu l’avait créé de sa propre main et il était l’enfant préféré de ce Dieu, et même son vicaire su terre. C’est à travers l’homme que la création du monde avait pris son sens. Dieu l’avait créé à son image. Si l’homme voulait savoir à quoi ressemblait Dieu, il n’avait qu’à se regarder dans un miroir.
Sa mission était divine. Lui seul avait une âme ; aucun autre être vivant ne pouvait en dire autant. Son devoir était de régner sur la terre et de maintenir et faire respecter sur cette terre la justice et l’harmonie divine. Il devait améliorer tous les ouvrages de Dieu et même parfaire, en progressant lui-même, l’œuvre inachevée de Dieu. C’est dans ce but que Dieu l’avait doté d’une grande intelligence.

Conclusions de l'auteur :
L’homme est particulièrement fier d’une phrase de la Genèse. Et cette phrase, il l’exprime en majuscule afin de la faire ressortir : « Dieu créa l’homme à son image. » La Genèse exprime clairement que le plan de Dieu était de faire naître du croisement entre deux races de singes un être optimal, qui, dans le cadre d’une évolution naturelle, aurait atteint au bout de milliards d’années une intelligence élevée d’ordre divin. Cette terre offrait donc les meilleures perspectives possibles pour ce mélange idéal. Autrement dit, il y aurait eu aussi sur terre des êtres d’une intelligence élevée et divine, tels qu’il en existe sur d’autres planètes, qui sont en relation et télépathie, dans tout l’univers, avec des êtres nantis d’une intelligence élevée analogue. Ce sont les fameux dieux mortels avec lesquels l’homme pouvait aussi communiquer par télépathie, peu avant son aliénation mentale.
Mais cette race mélangée a perdu ses chances à cause du péché originel. Elle n’a pas attendu son évolution naturelle mais a cherché, par le cannibalisme, à devenir aussi intelligente que Dieu, en agissant pour ainsi dire derrière son dos et contre toutes les règles de l’ordre naturel. Elle voulait réaliser cet objectif à bref délai, c’est-à-dire en un million d’années, alors que par évolution naturelle, elle n’y serait même pas parvenue en 20 millions d’années. Cette race acquit une intelligence énorme et put déjà s’entendre mentalement avec des êtres extraterrestres donc d’une grande intelligence, mais cette intelligence s’altéra du fait de l’aliénation mentale. L’espèce perdit alors ses facultés divines.
C’est ainsi que prit naissance ce fou génial qui continue à être convaincu de sa ressemblance avec Dieu et ne veut pas admettre qu’il a contrecarré les plans de Dieu et détruit ses propres chances. Il s’applique aussi à ne pas reconnaître cette vérité dans la Genèse et n’y lit que ce que Dieu voulait faire de lui.

=> Je ne suis pas d'accord avec cette conclusion.
D'abord, si Dieu existe, comment a-t-il pu tolérer une telle violation de ses lois ??? Car il devait forcément prévoir les conséquences... Et n'oublions pas que si la Genèse reproduit les écrits sumériens, les Hébreux en ont rajouté. C'est du judaïsme que vient l'idée que l'homme a été créé à l'image de Dieu, qu'il est supérieur à toutes les autres créatures, et qu'il doit les commander. Comme si les animaux avaient besoin de lui pour se nourrir et se reproduire  Rolling Eyes
Tout comme beaucoup de scientifiques, il est lui aussi prisonnier de son éducation judéo-chrétienne.
Il y a, je crois, des organismes qui vivent sur notre planète depuis des millions d'années... Pour autant, ils n'ont toujours pas acquis une intelligence phénoménale. Il semble, d'après l'observation des êtres vivants, que ça ne soit pas le but.
Sur ce plan, mes idées diffèrent radicalement des siennes : la perfection n'est pas, et ne sera jamais, de notre monde.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Nem le Sam 2 Juil - 19:37

Je viens de finir de lire, et j'adhère complètement à tes conclusions.
avatar
Nem
Admin
Admin

Messages : 5001
Date d'inscription : 26/11/2015

http://delautrecote.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Minouche le Lun 4 Juil - 13:13

Je pense, comme je l'ai écrit sur l'autre forum, que la terre est pour toutes les créatures qui la peuplent, un "jardin d'enfance" (j'emprunte cette expression à un ufologue québécois).
La perfection n'est pas de ce monde, mais pour après. Les lois de l'évolution, qui permettent de générer et de maintenir la vie, procèdent lentement, et par étapes. Aucun individu ici-bas n'a vocation à être parfait, sous prétexte qu'il appartient à une espèce qui est là depuis, disons, des milliards d'années. Cela signifierait que tous ceux qui l'ont précédé n'étaient qu'une ébauche, et que lui serait le couronnement. Or, chaque individu ne peut pas brûler les étapes, il est là pour apprendre, il ne peut pas naître parfait, c'est l'évolution qui l'exige. Les animaux ont tout ce qu'il faut pour survivre dans ce monde, la nature n'ira pas plus loin en ce qui les concerne.
Et il en est ainsi pour les humains. Car s'ils ont acquis une très grande intelligence de manière frauduleuse, reconnaissons que nous sommes limités dans notre compréhension des choses. Qui n'a pas eu mal à la tête en accomplissant un effort intellectuel intense ? Cela prouve bien, quoi qu'en disent certains évolutionnistes, qu'une très haute intelligence ne devait pas faire partie de nos attributs.
S'il s'était intéressé au paranormal, et en particulier aux manifestations des défunts, il aurait, je crois, changé d'avis.
Car ce qui frappe les témoins, lorsqu'ils ont droit à une apparition, ou un signe, etc... ce sont les facultés métapsychiques que les disparus acquièrent une fois de l'autre côté (pour être plus précis, c'est aussi le cas lors d'une décorporation). Ils peuvent prédire l'avenir, choisir de se rendre visible, ou seulement de faire sentir leur présence, user de télékinésie, ont le don de guérison...
Cela donne matière à réfléchir...
Car si l'âme (je pense là aux sorties astrales, ou éthériques, etc... vu que nous avons plusieurs corps subtils) manifeste de telles performances lorsque se produit une décorporation, c'est qu'elle est forcément destinée à un plus grand "destin".
Si tous les êtres vivants devaient retourner au néant, on ne voit pas pourquoi nous recèlerions en nous de telles capacités une fois hors de notre corps physique...
C'est donc que l'évolution se poursuit après la mort physique, et que c'est après que nous serons des êtres accomplis.
Comme je l'ai dit, tout est lié, et étudier les phénomènes paranormaux permet de deviner certaines choses. Et pour cela, il faut changer de paradigme, et comprendre que l'évolution implique obligatoirement la survivance.
avatar
Minouche

Messages : 155
Date d'inscription : 06/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etrange naissance de l'homme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum